L’homme qui voulait vivre sa vie

« Vous êtes confinés uniquement par les murs que vous avez construit ». Cette citation m’a rappelé un passage de l’excellent polar de Douglas Kennedy « L’homme qui voulait vivre sa vie ». Le héros a un moment de réflexion qui ne manque pas d’intérêt. « Nous ne cessons de rêver d’une existence plus libre tout en nous enferrant de plus en plus dans les obligations, dans le pièges domestiques. Nous aimerions tant partir, voyager légers, et cependant nous ne cessons pas d’accumuler de nouveaux poids qui nous entravent et nous enracinent. La faute nous en incombe parce qu’au-delà du rêve d’évasion, auquel nous ne renonçons jamais, il y aussi l’attrait irrésistible des responsabilités : la carrière, la maison, les scrupules parentaux, les dettes, tout cela nous remet sans cesse les pieds sur terre, nous offre cette sécurité tant recherchée, nous donne simplement une raison de sortir du lit le matin. En réduisant inexorablement le champ du « choix », cette vie nous accorde le soulagement des certitudes. »Image