Quel défi pour la distribution ?

Cette semaine, le magazine LSA , référent au sein de la grande distribution, dédie un article sur « les cinq défis pour la distribution du futur » :

– les clients connectés avec leur mobile en magasin, c’est à dire le showrooming, qui permet en scannant le code barre ou prenant l’article en photo d’aller consulter le prix à la concurrence

– l’omnicanal ou multi canal,  qui permet au client de passer sa commande avant d’arriver en magasin et de la récupérer par exemple par le drive

– les systèmes de paiement par mobile

– les murs shoppings où le client peut scanner l’image du produit et le commander

– les digital wallets, applications qui regroupent les cartes de fidélité, les shopping list

Absolument rien concernant la consommation collaborative ?

Et je ne pense pas que cela soit un hasard, la plupart des enseignes sont concentrées sur le coeur de métier et regardent comment les évolutions technologiques peuvent modifier les gestes des clients aujourd’hui. Ils concentrent leurs ressources sur ces évolutions technologiques et sur la formation de leur collaborateurs à leur utilisation.

Quand ils voient arriver Amazon sur leur marché, ils regardent comment ils peuvent rapidement mettre en place un site internet marchand.Les managers que je côtoie, n’hésite d’ailleurs pas à envoyer leurs cadres visiter les installations d’Amazon ou encore dernièrement des magasins pixmania. La dimension collaborative est totalement absente. Le fait qu’Amazon est ouvert sa plateforme à tout commerçant pour vendre ses produits passe inaperçu. Tout comme le fait qu’un client qui laissent des commentaires et les publient sur son site puisse être rémunéré.

A mon sens, le défi majeur pour la distribution du futur sera de changer sa relation avec ses clients, mais non pas d’un point de vue technologique.

Comment une enseigne pourra donner autres choses que des points fidélités à ses clients ? Comment pourra-t-elle utiliser sa communauté, et construire de nouveaux services, de nouveaux produits avec elle ?

Est ce qu’une enseigne sera prête à laisser ses clients faire du commerce sur son site ? à rémunérer ses clients pour la qualité de leur commentaire ? à reverser un pourcentage des ventes à ceux qui auront été à l’origine d’un produit ? C’est de cela dont il s’agit.

Publicités

We live entry in the era of labor contribution, the contributor is not just a producer, or simply a consumer.

Fab’lab’, 3D printers … « Consumerism has lived, » asserts the philosopher Bernard Stiegler. For him, motivated by our own interests, we will change ours working models.

This is an extract of his interview in Paris in January 2013, by Audrey Cerdan from http://www.rue89.com

Bernard Stiegler has founded the Institute for Research and Innovation (IRI), in order to « anticipate changes in offer and cultural consumption allowed by the new digital technologies. »

ac_bernard_stiegler_1200_01

Rue89 – What clink you today in our working world?

People are strong supporters of open-source software.

And prefer to work at home, even to be paid less than in large companies, but companies who work on proprietary software. They seem to me more motivated by their work than by their salary. I discovered that economy.

Rue89 – With contributory process, hierarchy tends to disappear?

No, no. The « bottom up » pure does not exist. What we call the « bottom up » is to bring all information and decisions from the ground, participants, rather than having a few chief that dictate organizations. I think it is not possible. Always someone have to decide.

Very large companies who use contributory process, in United States and Germany, are organized on that model. I think about free software companies, such as Redhat, but also hybrid models, such as Google, which be placed between consumerism and contributory or Facebook, or Wikipedia. Each of these companies has its own organization. But there are always a leader and a hierarchy.

This is the decision process who is different. The decision maker is one who judges the best, and that which animates, also the best, knowledgeable communities.

But there are not people who have a role performers. Everyone has a voice in all that concerns the content, everyone is involved in this decision. The customers themselves can participate.

Rue 89 – Freelance workers and customers can participate? Explain to me.

FNAC, music stores, at its beginning, working on a contributory model. All vendors were fans: musicians, photographers, etc.. In someway, FNAC was sponsoring, making them work.

All fans went to the FNAC. To interact with sellers. I went there, I was a jazz fans’ . And he came in the evening to play with sellers.

Fnac destroyed it 25 years ago. This is a very serious mistake. That’s the model that today people seek. Employees, customers, fans, everyone brings his ideas. Employees, freelancers, customers, all become contributors to the business

Rue89 – There is no more consumers?

No, we speak of contributors too. I think consumerism lived. This is a business model that has become toxic to people and environment.

We live entry into a new way of working: the era of labor contribution, the contributor is not just a producer, or simply a consumer.

Rue89 – How does this model actually contributing? Do you have an example for us?

I taught at a time, to designers and stylists of Decorative Arts School in Paris. We have developed a business model contributory. We designed, theoretically, a fashion company in which there was no more consumers.

There were contributors, who were part of a club. They had a membership card, and corporate stock. Not to have benefits, but to have the right to decide on recruitment, collection, etc..

They had the right to give ideas. To say, for example, who them designed this collection there. The real fashion lovers invent things. They play. Their opinion counts.

Rue89 – It is the Kingdom of fans?

Yes. The contributor tomorrow (…) is a fan, in the old sense of the term. This is someone who is primarily motivated by their interests rather than economic reasons.

It can also develop greater expertise than those motivated by economic reasons.

Rue89 -This is a radical change, how to implement it?

This is a new working model, (…) It brings not only his labor but knowledge. This is a huge gain.

Do not forget that automation will generalize and make employment less necessary. Look at the self-checkouts in supermarkets, automated toll, but also the software robots that do housework on Wikipedia. I argue, that this is a good thing.

On one condition: that enhances the ability of people to develop their social skills, their knowledge, their work in the strict sense of the term, rather than their only job.

This is the necessary condition for rebuilding a viable model.

Rue89 -But these contributors, should they pay? If so, how?

Yes, you must pay them. (…) There are solutions like this.

Concerning the amount of compensation, there could be a salary part with one hand and a part on other hand as a contributory profit. One can imagine stuff like that. All this is a value that we call positive externalities.

As for the practical implementation of such measures, it should be the object of social innovation, experimentation, works of specialists that I am not and negotiations.

Rue89 – This model contributory he transposed in all sectors?

More or less. It comes in various ways.

(…) It is the same with the fab ‘lab’, these workshops where everyone can come make its objects. These are local laboratories that make invention accessible to all by providing digital fabrication tools. As the 3D printer.

The real issue is: how to ensure that people come from an attitude of consumers.

We live in a transitional phase, where the challenge is, in France, the government, to get to draw a critical path for our society: a path where we invent a real growth based on the development knowledge, and where it exceeds the consumerist model.

You can find the original interview on http://www.rue89.com/2013/02/02/bernard-stiegler-nous-entrons-dans-lere-du-travail-contributif-238900

L’homme qui voulait vivre sa vie

« Vous êtes confinés uniquement par les murs que vous avez construit ». Cette citation m’a rappelé un passage de l’excellent polar de Douglas Kennedy « L’homme qui voulait vivre sa vie ». Le héros a un moment de réflexion qui ne manque pas d’intérêt. « Nous ne cessons de rêver d’une existence plus libre tout en nous enferrant de plus en plus dans les obligations, dans le pièges domestiques. Nous aimerions tant partir, voyager légers, et cependant nous ne cessons pas d’accumuler de nouveaux poids qui nous entravent et nous enracinent. La faute nous en incombe parce qu’au-delà du rêve d’évasion, auquel nous ne renonçons jamais, il y aussi l’attrait irrésistible des responsabilités : la carrière, la maison, les scrupules parentaux, les dettes, tout cela nous remet sans cesse les pieds sur terre, nous offre cette sécurité tant recherchée, nous donne simplement une raison de sortir du lit le matin. En réduisant inexorablement le champ du « choix », cette vie nous accorde le soulagement des certitudes. »Image

Enseigner et apprendre à l’ère numérique

Image 

Voici un extrait d’un article de Denis Cristol publié dans le cercle les échos. Il nous parle des phénomènes qui vont impacter la formation et l’enseignement dans les années à venir. 

 » Pour un formateur, en particulier d’adulte, il devient indispensable d’être plus attentif aux apprentissages informels, aux possibilités du territoire sur lequel il exerce, aux nœuds relationnels qui lui préexistent ou qu’il peut contribuer à développer au sein d’une organisation ou  au sein d’un territoire. Pour mieux intégrer les apprentissages informels dans sa pratique il va être amené à :
– Se mettre plus en retrait pour laisser l’autre apprendre
– Aider à observer plutôt qu’à dire où et quoi regarder
– Se situer dans un rapport « individu-ressources », « individu-projet » en alternant avec l’autre les postures pour apprendre avec lui et de lui plutôt que seulement prétendre lui enseigner
– Aider à développer des postures réflexives pour faciliter les réflexes d’auto-apprentissage
– Favoriser l’apprentissage des technologies de la communication
– Développer des compétences informationnelles et un regard critique sur le savoir
– Se considérer comme une berge du savoir, un point d’appui plutôt que comme une source du savoir (c’est-à-dire adapter une guidance et non imposer un contenu) »

Son article complet :

http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/societe/education/221160215/enseigner-et-apprendre-a-lere-numerique?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

 

 

Que faut-il pour être un pionnier de l’entreprise?

Article de Miniya Chatterji dans la Havard business review

« Que faut-il pour être un pionnier de l’entreprise? J’ai récemment trouvé une réponse à cette question dans un endroit inattendu:dans le centre de Kaboul lors d’une discussion avec trois femmes afghanes

La première femme a fondé une grande agence de presse afghane il y a plusieurs années. Sa maison a été bombardée à plusieurs reprises par la suite par ceux qui préféreraient que la réalité du pays ne soit pas présentée au monde. Elle a également échappé a des attaques à l’acide et à des menaces de mort. À un moment donné, elle a décidé de se terrer et a démissionné de son premier organisme. Mais elle était trop passionnée par sa vocation, et n’a pas pu rester les bras croisés. Neuf mois plus tard, elle a lancé une nouvelle entreprise de médias, qui a également prospéré.

La deuxième femme est membre du Parlement afghan. Elle m’a expliqué l’importance de garder une persévérance inébranlable face à une opposition écrasante. Jusqu’à il y a dix ans sous le régime taliban, les femmes afghanes ne pouvaient pas se déplacer librement et étaient interdites de travailler avec les hommes. Aujourd’hui, elles détiennent 29% des sièges au parlement – le ratio le plus élevé de représentation des femmes dans le monde – et se tiennent aux côtés de leurs homologues masculins pour gouverner le pays.

La troisième femme est une jeune femme au foyer, je l’ai rencontré à Sahar Gul, le premier café internet afghan réservé aux femmes. Le café a été ouvert cette année par un groupe local appelé les jeunes femmes pour le changement et a été saluée comme une victoire symbolique pour un groupe longtemps nié dans l’espace public. Cette femme m’a dit qu’elle avait été vendue en mariage par son père pour rembourser une dette d’opium. Mais elle sourit, me témoigne sa confiance et m’explique qu’elle utilise désormais internet pour raconter sa propre histoire et celles d’autres femmes afghanes qui restent opprimées.

La première femme avait la passion et la ténacité d’ignorer les attaquants, la seconde faisait preuve de résistance et de patience, le troisième avait le courage pour faire confiance et d’agir. Tous les trois ont démontré une grande force à accepter le conflit et la complexité qui les entourent et qui persistent malgré elles.

Finalement, je leur ai demandé, « Qu’est-ce qui vous rend si fortes? » Leurs réponses ont été similaires.

Elles m’ont dit que dans un monde où il n’existe pas de précédents, vous devez faire confiance à votre propre jugement. Il y a plusieurs façons de faire face à chaque défi, et une variété de conséquences qui peuvent provenir de vos actions. La planification est impossible. Ainsi, au lieu d’étudier des scénarios, vous aller simplement de l’avant dans la direction qui pour votre coeur est la bonne. C’est ainsi que vous devenez un pionnier. »

Miniya Chatterji is a senior manager and global leadership fellow at the World Economic Forum and the founder of The Stargazers Foundation.
Article original
Persevering Through Extreme Uncertainty